7 raisons de créer une Scop

1 - Vous avez un projet collectif

Vous avez un projet et vous êtes plusieurs à le porter. Vous le voulez durable. La Scop devrait vous convenir. Son principe - une personne = une voix - est inscrit dans ses statuts. Cela rejoint vos convictions : vous croyez à l’intelligence collective et vous pensez qu’une entreprise qui fait confiance à ses salariés a toutes les chances de réussir.

2 - Vous cherchez à concilier votre envie d’entreprendre avec vos valeurs

Vous vous sentez l’âme d’un entrepreneur mais les parachutes dorés ne vous font pas rêver ? Pour autant vous n’êtes pas contre l’idée de profit dès lors que celui-ci est partagé équitablement ? La Scop est faite pour vous. La Scop est une entreprise confrontée comme les autres à l’impératif de profitabilité. Mais son statut coopératif, et donc son principe démocratique change tout par rapport à une entreprise classique : la Scop a un dirigeant élu par les salariés associés. Et ce sont ces mêmes salariés co-entrepreneurs qui la contrôlent.

3 - Vous ne voulez pas laisser tomber vos salariés

L’heure de la retraite arrive. Vous êtes fier(e) de la réussite de votre entreprise, que vous devez en partie à vos salariés. Adopter le statut Scop, c’est donner la main à ceux qui ont contribué à développer l’entreprise. C’est préserver leur outil de travail et leurs savoir-faire en le préservant de tout démantèlement ou de toute délocalisation. La transformation de votre SA ou de votre SARL classique en Scop n’entraîne pas la création d’une nouvelle " personne morale ". C’est la solution la plus efficace et sûre économiquement, car l’aide des établissements financiers et de capital-risque dédiés aux Scop permet aux salariés acheteurs de vous proposer à vous, propriétaire cédant, un juste prix.

4 - Vous savez que votre entreprise est viable

Retraite du fondateur, départ des dirigeants, volonté de retrait des actionnaires majoritaires, absence de repreneur… Votre entreprise se retrouve fragilisée, sans perspective. Pourtant, vous savez qu’elle a des atouts. Vous êtes avec d’autres salariés conscients du savoir-faire que vous avez entre les mains, et persuadés que votre entreprise a encore un bel avenir devant elle. Reprendre une entreprise en créant une Scop garantit aux repreneurs la motivation et l’implication des personnels. On accepte d’autant mieux un changement de direction quand on y participe. Devenus associés au capital, les salariés co-entrepreneurs prendront leur avenir en main et feront repartir l’entreprise en coopérant activement à la réussite du projet.

5 - Vous avez un projet d’entreprise très lié à un territoire

Eco-construction, énergies renouvelables, sauvegarde d’un patrimoine culturel …, le développement durable n’est pas pour vous qu’une belle idée. C’est le cœur même de votre projet. Et il s’inscrit d’abord dans un cadre local. Le statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) est fait pour le type de projet que vous portez. Les Scic sont des sociétés coopératives et participatives mais leur statut particulier a été pensé pour associer dans une même entreprise utilité sociale et développement durable. Elles permettent notamment d’associer plusieurs types de parties prenantes, en particulier les collectivités territoriales.

6 - Votre association a trop de succès !

La petite association que vous avez fondée avec d’autres a beaucoup grandi. Elle a développé de nouvelles activités, ouvert de nouveaux chantiers. Et les permanents salariés la gèrent avec talent ! Votre assoc’ est mûre pour un autre statut juridique, plus conforme à son évolution. La Scop est la réponse adaptée. Parce qu’elle n’oblige pas, comme une société commerciale classique à basculer dans une logique de renversement du pouvoir au profit des associés investisseurs, tout en permettant d’ancrer l'association dans l'économie de marché.

7 - Vous avez de l’ambition mais pas de diplômes

L’épanouissement dans son métier, la qualification et la formation professionnelle sont dans la vocation même des Scop. Elles offrent à tous leurs salariés la possibilité de gagner en responsabilités. Dans la pratique, nombreux sont les exemples de dirigeants ou cadres dirigeants de Scop qui ont réussi leur ascension professionnelle en étant entrés en bas de l’échelle, parfois sans aucun diplôme.